Toutes les trentenaires sont-elles hyperactives ?

Une trentenaire, c’est pas mémère ! Et quand elle devient mère tout s’accélère ! Pourquoi ? Eh bien parce-qu’elle cours, cours encore et cours toujours. Après quoi ? Les enfants, le travail, les tâches du quotidien… La perfection ? La reconnaissance ? Qui sait pas vraiment ? Toujours est-il que « burn-out » fait partie du vocabulaire courant de cette génération qui est la mienne et c’est inquiétant. Wonder Woman sort de ce corps ! C’est vrai quoi, j’suis claquée… ou alors donne moi ton corps et tes pouvoirs ! 

faster

Cet article est en préparation depuis fort longtemps et fut difficile à « accoucher » car il est assez personnel et n’engage que moi. Je me demande souvent pourquoi et après quoi je cours. Cette course quotidienne et interminable qui me fatigue et m’empêche de prendre du recul sur le monde. J’observe autour de moi. Et, je vois que mes amies, collègues et presque toutes les femmes en général sont aussi engagées dans cette même course effrénée. Il y a celles qui font tout bien, tout organisé. Ce sont les sprinteuses. Il y a celles qui veulent tout faire vite mais qui ne sont pas très organisées. Du coup, elles courent, elles courent, mais elles doivent faire face aux obstacles non prévus, ce qui les ralenti et les frustrent pas mal. On peut les appeler les sprinteuses d’obstacles. Il y a aussi celles qui prennent un peu plus le temps parce qu’en cours de réalisation d’une action, elles se dispersent et en font plus ou moins que prévu. Mais du coup, celles-ci courent tout le temps, longtemps. Une idée en entraînant une autre ça ne s’arrête jamais de tourner là-haut. Ce sont les coureuses de fond. Et, puis, il y en a forcément d’autres. On ne rentre pas toutes dans des cases et heureusement.

Mais dans tous les cas, on est toutes débordées, chacune à notre manière, que l’on soit sprinteuse, sprinteuse d’obstacles ou coureuse de fond. Nous sommes une génération en quête de toujours plus. Toujours plus de quoi ? Et bien là, je te fais un « pout » avec la bouche car je n’en sais strictement rien. Mais si tu analyses un petit peu autour de toi, il y tout de même des raisons d’être essoufflée.
Personnellement, ce qui m’épuise c’est cette sensation d’inachevé permanente, de faire tout « à l’arrache », comment on le dit bien souvent. Il y a toujours quelques choses que je n’ai pas eu le temps de faire, c’est frustrant. Alors que, si on analyse la situation cela n’a jamais de conséquence catastrophique. Mais alors ? Pourquoi continuer à courir, stresser ?

Ma génération, celle des trentenaires, a grandit dans une société de perfection gouvernée par l’image. On en revient au il faut que tu fasses tout et bien, que tu aies une éducation bienveillante envers tes enfants, tu travailles beaucoup pour avoir de la reconnaissance, tu sois lookée pour être crédible, tu mènes une vie saine en mangeant bio et en faisant du sport et puis, s’il te plaît ne pollue pas la planète.
Le contexte économique ne nous aide pas non plus.  On ne remplace plus les départs, on fonctionne à effectif minimum, on fait tout sous pression. On te donne des responsabilités, on te les reprends et après on te les redonnes… Tu es joignable tout le temps, partout, pas de coupure…Paf, allez continue à courir encore…
Je vais en rajouter une petite couche sur la place de la femme dans la société. Les hommes sont formidables et impliqués dans la vie de famille et c’est merveilleux. C’était beaucoup moins le cas de nos mères et grand-mères. Mais… oui désolée… La mama reste la tour de contrôle de la maison en matière de gestion des tâches ménagères et administratives. Que l’homme qui connaît la taille de chaussettes et de slip de ses enfants soit couvert d’or ! Bon, a contrario, je ne sais toujours pas comment faire fonctionner une tondeuse.

Bref… Que faire pour être plus sereine ??? Plus facile à dire qu’à faire. On le sait, il faut prioriser, dédramatiser et déconnecter les sphères privées et personnelles.  Gningningnin…

Mais voilà, l’actualité de ces dernières semaines aussi triste soit-elle, donne à réfléchir. N’est-ce pas un peu superficiel de se plaindre de cette vie ? Car si on fait le bilan des courses : nous ne sommes pas si malheureux. Cette vie à 100 à l’heure, faite de liberté de penser et d’agir, on l’aime quand même.

La vie est un sport ! Have fun !
Dame Fanny

3 Comments

  • Elodie S 26 novembre 2015 at 7 h 23 min

    Ces derniers temps, je me suis aussi posée la question. Et pourtant, je n’ai pas d’enfants…en somme, je ne vis « que pour moi » pour le moment mais…oui, moi aussi, je cours dans tous les sens, je ne me pose pas, je ne prends pas le temps et le soir, quand je me retourne pour voir ce que j’ai fait….c’est vide. C’est comme tu le dis, on est une génération du « il faut tout faire PARFAITEMENT », rien ne doit dépasser….je trouve que la génération d’après est un peu plus « libre » dans le sens où j’ai cette sensations qu’elle se met moins la pression…, c’est peut-être qu’une impression…

    Reply
    • DameFanny 26 novembre 2015 at 8 h 52 min

      Je suis d’accord avec toi, la génération qui nous succède semble se prendre beaucoup moins la tête. Je les envie parfois. Et effectivement, pas besoin d’avoir d’enfants pour être dans cet état d’esprit. J’étais déjà comme cela avant. L’arrivée des enfants a juste accéléré le rythme un tant soit peu 😉

      Reply
  • Séverine Rondeau 26 novembre 2015 at 13 h 48 min

    J’adore ton article et je m’y retrouve tellement comme beaucoup de maman mais ça fait du bien de l’entendre dire par une autre personne…..

    Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.