Astuces lumineuses pour éviter et soigner les ampoules !

Le retour du soleil, l’envie de décompresser, de prendre l’air… En ce moment, les conditions sont réunies pour chausser les baskets, faire de belles randonnées ou d’intenses footings. Il serait bien dommage que de vilaines ampoules viennent gâcher la fête ! Et dans le domaine, on est pas tous égaux et je suis bien placée pour le dire car je ne suis pas du bon côté de la barrière. J’ai pas mal gambadé l’année dernière, notamment pour préparer et venir à bout des 100 km de l’Oxfam Trailwalker 5 (L’édition 6 a débuté ce matin ! Nostalgie…). Mes pieds s’en souviennent et ne m’ont pas dit merci pour la sollicitation. Déjà parce-qu’ils ne savent pas parler mais surtout parce-qu’ils ont été mis à rude épreuve. J’ai testé pas mal de techniques pour éviter les méchantes ampoules. Voici mes astuces, essayées et approuvées !

Peut-être que parler pieds te fait une belle jambe, mais si cela peut permettre ne serait-se qu’à une personne d’éviter le calvaire de la rando gâchée et douloureuse, et ben moi je suis contente ! Et puis, les conseils valent aussi pour éviter des ampoules avec des chaussures neuves.

2015-05-26 13.08.58Astuces pour éviter les ampoules :

1 – Avoir de bonnes chaussures faites à tes pieds Cette première affirmation parait basique mais c’est vraiment LA condition sine qua none pour ne pas cloquer. Lors de l’achat, il faut tester tes chaussures, vérifier que tu es vraiment à l’aise. Si tu as un doute, c’est pas bon. J’ai acheté 2 ou 3 paires avant de trouver la bonne (très utile le délai d’échange). Ensuite, si tu tiens à tes pieds, il ne faut pas partir d’emblée sur une longue distance avec des chaussures neuves. Il faut « casser » la chaussure. La porter avec des grosses chaussettes, un peu à la maison et sur de courtes distances. Pour la marche ou la course, on choisit une pointure au-dessus de celle que l’on prend habituellement car un pied ça gonfle énormément ! Il faut également trouver le bon niveau de laçage, ni trop lâche, ni trop serré pour éviter les frottements et ne pas comprimer les pieds.

2- Préparer tes pieds Pour se préparer à une grande distance ou une pratique régulière, il faut prendre soin de ses petits petons. A force de marcher ou courir, le pied s’endurcit et forme une protection : la corne (miam !). Seulement, il n’en faut pas de trop car une ampoule sous la corne c’est très douloureux, quand elle explose c’est Hiroshima dans ta basket ! Il est important de faire des soins réguliers des pieds. Pour cela il y a les crèmes spécialisées (la pommade NOK d’Akiléïne est vraiment très bien), les bains de pieds (on en trouve en parapharmacie mais tu peux le confectionner toi-même en mettant 1 poignée de sel marin et 2 petites tasses de vinaigre de cidre dans de l’eau tiède à chaude) et l’huile d’olive (un petit massage le soir et le lendemain, les pieds sont tous beaux tous neufs. A faire tous les soirs 1 semaine avant une longue distance programmée. Tu peux aussi ajouter un peu de sel de mer et cela donne un excellent gommage).

3- Ne pas négliger la qualité de tes chaussettes Outre les chaussures, il ne faut pas non plus lésiner sur les chaussettes. Il faut veiller à prendre la bonne taille et un modèle offrant un renfort aux endroits stratégiques, là où les frottements et pressions sont les plus répétitifs. Il faut également éviter les chaussettes trop lâches car un pli de chaussette est une parfaite occasion pour la méchante ampoule de s’installer. Certains portent deux paires de chaussettes pour limiter les frottements. C’est une astuce efficace mais attention, une paire chaussette en plus c’est un peu moins de place dans les chaussures et donc déconseillée aux pieds Michelin, ceux qui ont tendance à pas mal gonfler.

4- Utiliser du talc ou de la pommade anti-frottement Pendant l’effort, le talc permettra de limiter la transpiration et donc l’humidité, une bonne copine de la vilaine ampoule. C’est vraiment très efficace. Les pommades anti-frottement, type NOK, sont aussi très efficaces. J’applique un conseil d’un ami qui fait beaucoup de trails : Par temps chaud, mets du talc et par temps froid choisis le Nok ! Depuis, pas une ampoule (je touche du bois…) et ce qui est con c’est que je l’ai su après le trail de 100 km, c’est ballot hein ?!

5- Garder les pieds propres et secs Les grands potes de l’ampoule sont, entre autres (quelle la vicieuse cette connasse), l’humidité et les petites saletés du genre petits cailloux et terre. Pour l’humidité, la solution en cas de longue distance est de changer de chaussettes régulièrement. En cas de très grande distance, il est aussi conseillé d’avoir une seconde paire de chaussures. J’ai déjà parlé du talc plus haut, mais une autre astuce est de mettre du bicarbonate de soude dans tes chaussures, cela absorbe l’humidité et neutralise les odeurs. Enfin, pour les petites saletés, tu peux utiliser des guêtres et dès qu’une pause se profile ne pas hésiter à enlever chaussettes et chaussures pour faire un petit bain de pieds frais (ce qui aura aussi pour avantage de faire dégonfler les pieds) et de bien sécher les pieds ensuite.

Comment les soigner si le pire n’a pu être évité :

Percer ou ne pas percer une ampoule? Telle est la question ! C’est tout un débat. Il y a le camp de ceux qui disent qu’il ne faut jamais percer une ampoule car l’eau générée constitue une protection et celui de ceux qui préconisent de percer pour soulager. Et bien moi, je dis perce ! Fais toi plaisir et explose lui la gueule à cette p***** d’ampoule de m****. Une aiguille, un fil, un petit coup de briquet sur l’aiguille et paf ! Tu laisses le fil, tu désinfectes et ça va bien mieux. Dans mon cas, si je ne la perce pas, l’ampoule grossit et finit par se déchirer et là, ça fait vraiment un mal de chien. Si l’ampoule est petite et non gênante, il ne me semble pas nécessaire de la percer.

Le pansement hydrocolloïde, pire ennemi de l’ampoule mais meilleur ami du pied ! Cette invention est juste magique ! La marque la plus connue (testée et approuvée) est Compeed. Tu mets le pansement sur ta petite ampoule ou ton ampoule percée, puis la douleur est soulagée et la peau va se réparer toute seule. Il faut laisser le pansement partir de lui-même, quand il aura terminé son œuvre.

Il est plutôt conseillé d’en avoir sur soi lorsque que l’on projette de faire une longue marche ou course. Si tu as tendance à transpirer des pieds, le pansement peut ne pas adhérer. Je parle en connaissance de cause. Lorsque j’ai utilisé ces outils magiques pendant une marche, il avait tendance à glisser et empirer les dégâts. La solution : Mettre une bande de strap par dessus et rien ne bouge !

J’espère que ces astuces te seront utiles car la marche sans ampoule, c’est le pied ! (vanne pourrie, ok, je sors)

Dame Fanny

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.